4 réflexions sur « A l’encre rouge »

  1. Le premier c’est Méduse avalant un melon.
    Plus grave, l’autre c’est une coupe du cerveau compliqué de la dame.
    La zone rouge c’est l’espace poésie, moins fouillis et brûlant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *