N’est pas polyglotte qui veut …

Comme il a raison Jules Laforgue d’insister sur la difficulté d’apprendre les langues étrangères… Pour dépasser notre langue maternelle, « il faut […] vivre parmi des gens qui parlent couramment trois langues ». On le connait bien, et on le déplore aussi, ce manque d’aisance à baragouiner anglais, italien, espagnol, allemand, suédois, chinois ? ! … Même si nous ne sommes pas comme lui lecteur d’une impératrice allemande.

Un handicap dévoilé dans une lettre à un ami…

J’ai aimé lire

Les petites et moyennes villes

Dans peu de temps, le centre de nos petites et moyennes villes sera réduit à sa plus simple expression. Pour la génération née au début du vingt et unième siècle, quel visage auront ces lieux de vie d’ici cinquante ou quatre-vingts ans ?
Les plus curieux de nos enfants, les plus rêveurs ou les plus nostalgiques (s’il en existe encore), pourront visiter les quelques monuments rescapés, peut être rénovés. Certains se lanceront dans l’étude des vestiges d’activités exercées par leurs parents ou grands parents … Alors, devenus parfois donateurs, bienfaiteurs ou infatigables artisans de la rénovation, ils sauveront églises et chapelles, halles, remparts, lavoirs, bassins et fontaines …
En tout cas, c’est ce qu’il faut souhaiter aujourd’hui.

J’ai aimé les petites villes

Un monde sans mondanités …

Amabilités et courbettes fatiguent et dépriment, nous le savons depuis longtemps. Alors il y a les voisins qui vivent tout près, là à deux pas … La voisine est une gentille, jolie et pétillante personne. Le voisin est gentil, ingénieux et serviable. Pourquoi se priver de leur compagnie ? Ils nous font découvrir mille sujets étonnants et intéressants, quelle chance … Nous leur confions nos passions et passe-temps … Tout le monde semble y trouver son compte.
Et tout ça sans mondanités.

Une histoire courte

Laisser l’eau courir

Laisser l’eau courir à nos pieds, la chaleur nous pénétrer, la lumière nous égayer : un matin sur une plage ensoleillée de la Méditerranée. Et pourquoi pas suivre en marchant ces coquillages qui montrent la voie vers Saint Jacques ? Mais là c’est autre chose…