La ville noire

Ville pleine
où errent les misères
Les voit-on
les ignore-t-on
les rêve-t-on
Ville noire ville blanche
aussi impersonnelle
qu’une prière ordinaire
Habitée Déshabitée
Brûlée au hasard de ses rues
rayées des salissures
des hommes parvenus
et des hommes encore non advenus
C’est ça la ville
impuissante active et punie
Bornée des bruits obsédants
de vie de mort et d’ennui

La ville noire, roman de George Sand – 1860

La ville noire décrit une industrie, celle des couteliers-armuriers de Thiers. Dans cette société miniature, bas et haut s’affrontent, peuple des ouvriers du Trou d’enfer et peuple des bourgeois de la ville haute.
« Une fois brouillé avec l’espérance, on s’abrutit tout doucement dans le travail quotidien ; on arrive insensiblement à ne plus regretter, à ne plus comprendre le mieux ; on se néglige, on s’abandonne au moral et au physique ».

Je suis-je …

Minuscule hommage à Robert Desnos

Je suis-je en colère au matin dans une campagne où j’accouplé-je mes multiples vies
Je suis-je lente et mesurée mais je voudrais-je être la foudre et l’étincelle fleurie
Je marché-je lourdement sur mes tapis de pensées monochromes et thermolumineuses
Je suis-je libre de vivre heureuse mais le sens de mes atermoiements me meutris-je
Je verbia-je et coloria-je mon alphabet de soudaines et fugaces futaies d’yeuses
Je suis-je pauvre devant la riche nature où mon regard se posé-je nerveuse
Je suis-je heureuse par le mot et le geste quand je les maîtrisé-je pauvrement
Je célébré-je ma vie amoureuse évanouie au ras de mes précipices honnis
Je suis-je la femme qui pleuré-je apitoyée sur son lâche enfantement

Exercices de style

Et l’histoire se répéta

15 avril 1848
Bulletin de la République, texte de George Sand

Citoyens, nous n’avons pu passer du régime de la corruption au régime du droit dans un jour, dans une heure. Une heure d’inspiration et d’héroïsme a suffi au peuple pour consacrer le principe de la vérité, mais dix-huit ans de mensonge opposent au régime de la vérité des obstacles qu’un souffle ne renverse pas ; les élections, si elles ne font pas triompher la vérité sociale, si elles sont l’expression des intérêts d’une caste, arrachée à la confiante loyauté du peuple, les élections, qui devraient être le salut de la République, seront sa perte, il n’en faut pas douter. Il n’y aurait alors qu’une voie de salut pour le peuple qui a fait les barricades, ce serait de manifester une seconde fois sa volonté, et d’ajourner les décisions d’une fausse représentativité nationale.

Source : Correspondance George Sand – Classiques Garnier – Collection dirigée par Georges Lubin

Josef Frank : du Nord au Sud

Josef Frank, architecte autrichien émigré à Stockholm et amoureux de la Drôme, a été l’un des premiers dessinateurs du modernisme suédois. En plus de croquer ses créations, il peignait l’hiver les intérieurs des appartements du quartier de Gärdet à Stockholm ouvrant sur des rues enneigées, et l’été, les paysages ensoleillés de la Drôme provençale. Du Nord au Sud, autant d’atmosphères fidèlement rendues, je peux en témoigner !

Le petit géranium à la recherche d’un rai de lumière devant la fenêtre :
un classique à Stockholm …

N’est pas polyglotte qui veut …

Comme il a raison Jules Laforgue d’insister sur la difficulté d’apprendre les langues étrangères… Pour dépasser notre langue maternelle, « il faut […] vivre parmi des gens qui parlent couramment trois langues ». On le connait bien, et on le déplore aussi, ce manque d’aisance à baragouiner anglais, italien, espagnol, allemand, suédois, chinois ? ! … Même si nous ne sommes pas comme lui lecteur d’une impératrice allemande.

Un handicap dévoilé dans une lettre à un ami…

J’ai aimé lire