Dans peu de temps, le centre de nos petites et moyennes villes sera réduit à sa plus simple expression. Pour la génération née au début du vingt et unième siècle, quel visage auront ces lieux de vie d’ici cinquante ou quatre-vingts ans ?
Les plus curieux de nos enfants, les plus rêveurs ou les plus nostalgiques (s’il en existe encore), pourront visiter les quelques monuments rescapés, peut être rénovés. Certains se lanceront dans l’étude des vestiges d’activités exercées par leurs parents ou grands parents … Alors, devenus parfois donateurs, bienfaiteurs ou infatigables artisans de la rénovation, ils sauveront églises et chapelles, halles, remparts, lavoirs, bassins et fontaines …
En tout cas, c’est ce qu’il faut souhaiter aujourd’hui.

J’ai aimé les petites villes