Affichage : 137 RÉSULTATS
Poésie

Journal d’été

27 juin … le sable humide et le sel des franges d’eau imperturbables, mouvements rituels et rythmés … ils rappellent ces jours d’enfance où la mer était une découverte 29 juin … le pouls des jours ne s’accélère pas, seul le battement des tristesses pèse …

Dessin Poésie

De brou et d’encre

Faire parler l’encre et le brou de l’arbre
Tirer la moelle de leur suc liquide
et voir le dessin
glisser au bout des doigts
Écrire à l’encre sur le front
dans un halo boisé de pigments
Jusqu’à ce que du geste secret
naisse la couleur

Poésie

Nuit d’avril

Je me tenais immobile, observant le rythme des ailes des papillons se reflétant dans la fenêtre. Bientôt, à l’avant de la terrasse, se dessina toute la grandeur de l’heure tardive. Cette vision effaçait tous les problèmes. J’oubliais le hasard des douleurs et la blancheur de …

Poésie

Elle sait…

Elle nous épie pour cela de son doigt pointé tout près pour nous montrer le couvert essentiel Elle épie du regard de ses paupières douces Et c’est peut être de l’amour en-dessous cousu entre le ciel qui protège et la terre qui accueille Elle sait …

Ecrits courts

Vaguement…

Je sens que je me délite. Je vogue au-dessus des clameurs, des mouvements extérieurs. Je respire difficilement, je caresse ma peau ambrée pour me sentir vivant. Il y a quelques jours encore, j’allais bien. Et depuis cet instant, le flou, le trou, cet abysse où je plonge. Membres sans muscles, tête sans réflexion, poumons sans oxygène. Je ne reconnais plus mon espace vital, les bruits changent autour de moi. La lumière est ocrée, des ombres évoluent dans l’espace clos. Suis-je malade ? Dois-je lutter contre un ennemi ? Il doit être invisible, je ne l’ai pas vu approcher. A moins que je ne sois ce petit poisson qui évolue harmonieusement dans son monde clos, éclairé jour et nuit par les reflets de l’eau sur son dos et ses écailles savamment disposées. Le débit de l’eau de la fontaine est mon pouls, ma force, les algues furtives sont ma nourriture. Un poisson libre de nager sans entraves, fondu dans son décor.

Poésie

Revue ARPA

Cinq de mes textes viennent de paraître dans le numéro 131 ! Des arbres au ciel Des pleurs sous leurs branches déneigées et des instantanés de feu sous les paupières baissées Les bras refermés sur toutes les pensées les premières évasions Et quelle pudeur dans …