Archives de catégorie : Le ruisseau

Des ocres, faire des calories

Il faut allumer la chaleur. Des ocres, des rouges, des ors faire des calories. Les baies accrochées aux branches encore vertes, les piler pour les fondre en liqueur puissante. Le froid s’accroche ? Oui, les vitres montrent leurs perles d’eau et font du jardin un bijou glacé, un gâteau fouetté de décors jaunes bruns. J’ai envie d’accrocher la chaleur d’un poêle virtuel. Des voix venues du nord, ces voix virtuoses de la négation des froids, accompagnent la lente chute des feuilles. Ce n’est pas le vent que j’entends, mais le chuchotement de ces amis lointains qui veulent m’apprendre l’hiver, le froid et les longs mois endormis. Me montrer le don d’un pelotonnement dans la laine douce des feuillages tressés sur le dos des animaux. M’aider à me calfeutrer dans le sommeil des hivers blancs et bleus. Il faut allumer la chaleur, disent les voix. Il n’y a pas d’autre choix. Et le poêle s’allumera, fera don de sa chaleur innée.

Un soir dans la maison

Le soir habille la fille filant la laine d’ombre
Dans un amenuisement imperceptible
son esprit tangue

Marcher est un défi
elle faiblit
soupire à la lumière bleue

Dans la maison
-un voile et tant de peines
envies
espoirs
Elle s’affaisse sur l’asthénie
d’un soir

Au-dessous du front lourd
son regard sur l’enfant
-un espace d’amour là autour

Son œil hésitant
entre la fresque dessinée
dans les nuages
et le sol froid de la chambre
-Est-elle forte pour le poids de l’enfant

Des craquelures crissent dans le ciment
son oeil de haut en bas écoute le silence

Et l’enfant dort comme il rêve
enroulé au lendemain

Je voudrais …

Atelier du don de mots – Revue Lichen 10-2018

Je voudrais éternellement amarrer ma barque sur une mer de velours bleu
Je voudrais jubiler au grand bestiaire et ne jamais me perdre
Je voudrais adorner les jurons pour qu’ils crient « liberté »
Je voudrais vivre, brodequins lacés, une éternelle saison de fenaison
Je voudrais m’amouracher un jour des batraciens de mon poulailler
Je voudrais vivre frénétiquement les soirées sous la brise en été
Je voudrais raffiner le terreau limicole et qu’il devienne humus odorant
Je voudrais m’amarrer à ma rectitude, poétiquement
Je voudrais sentir ton appréciation dans le papillonnement de tes paupières
Je voudrais toujours lire tes mots sur le torse des statues
Mais tous mes vœux seront-ils jamais concordants ?

Quatre impressions

Impossible me fait peur, alors je vis de tons bleus
Comme si noir était impossible, une non couleur un non sens

Pourquoi l’apparence serait elle trompée
Il suffit de rire, de se laver sous les larmes d’un matin même blême
Après l’apparence noter tout ce qui scintille

Attendre est un mot de lenteur, chaque jour rechercher sa saveur suave
Et sublimer la lente naissance du matin

J’encolle le souvenir, je cachette le texte et l’envoie au loin
La dernière larme fait une tache d’encre sur ma main

Mélancoville

La ville nous regarde passer dans ses rues, sur ses places. Et le soleil nous guide vers d’autres rues, d’autres places. Le décor se fond devant nos yeux. Les monuments, anciens, déclassés, n’attirent plus nos regards, nous les avons mémorisés, ces bâtiments baroques et froids, connus depuis toujours. On ne regrette pas quand les bus trop hauts les masquent du décor. Nous entendons les passants, touristes, travailleurs, parler et rire, peupler la ville. Les boutiques les prennent, les rendent automatiquement, continuellement.
Alors on va chercher le silence dans les églises. On ne dit pas même une prière, on ne croit pas. Par le vitrail la lumière chauffe notre front que nous gardons tendu vers nos rêves. Quand nous entendons le banc craquer sous le poids de notre repos, on se glisse au dehors. Et ses bruits nous frôlent à nouveau…
Dans la ville trop habitée, nous aimerions pourtant écouter des pas se rapprocher, des amis nous parler.

Ah ! L’hiver, l’hiver…

La neige tombe du toit et la poudreuse me farde les joues
Sur le chemin le froid crisse et gémit
Les arbres les beaux arbres encore endormis
quelle couleur ont ils eue un jour ici
Le regard figé par ce liquide au fond des yeux
un jour plus tard s’illuminera encore
Le temps si court courra alors vers nous
avec un redoux un relent de gulfstream
*
Le quai est allongé sur le dos des glaçons
Les bateaux y sont lovés
confinés dans leur matière rouillée
Un courant d’air froid agite un fanion
décoloré
une lueur au loin un souvenir de soleil
accroche mon œil là pendant un instant
Et le vent agite des points devant mon visage glacé
kaléidoscope en mouvement sur les façades des immeubles
Ce sont des flocons légers ténus et virevoltants
qui vont pourtant pénétrer
jusqu’au plus profond de mes membres

Elle prie les oiseaux

Elle vit, timide, un rien empêchée. Par je ne sais quels éléments… une atmosphère, la peur des fureurs, un parler trop vigoureux. Oui peut être tout cela. Elle reste souvent à demi cachée derrière sa bible défraîchie, les traits tirés par les veilles, nichée sous le porche de l’église proche, stoïque et réellement sage. Et soudain, certains jours on la voit taquiner la faune, l’alouette qui la frôle au matin. Qui devient alors sa reine, si proche derrière l’écran qui les sépare, si proche qu’elle comble son besoin d’idéal.

Poésie-fiction