Un temps
soufflé et envolé
dans les lâchers de ballons
de l’enfance
Sous les forêts claires
sous les larges ciels
le temps les a soumis
Silences et hurlements de leurs muscles
jusqu’à ne plus pouvoir marcher
courbés sous le poids des arbres
Leurs ombres noires