Bruit et couleur

Un son aigu me poursuit,
c’est le silence pourtant
qui sonne
dans l’interstice de mes osselets
et du fond de ce pavillon
pique claque et corrige
le bruit de mes pas sur le sol
entre les herbes noires
que je fauche la nuit,
alourdie d’un poids
rouge
et
blanc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.