Les champs élimés ont pour ornement
de pauvres gerbiers sans clarté

Les animaux des forêts crient,
chevreuils dans leurs ramures
apeurés par la naissance du jour

Les tourmentes et le froid noir
brûlent les landes dès le soleil évanoui

Le paysage a enfilé une brassière de gel
c’est l’hiver végétal pris au piège
des mottes gluantes humides et odorantes

Autres poèmes