L’air de rien…

L’atelier est désert quand il entre. La radio est branchée sur la matinale de France Musique. Benjamin doit être en train de vernir une guitare dans la petite pièce fermée. Des tables d’harmonie sont accrochées à des fils tendus sous le plancher de la mezzanine. Sur le bois blanc et brut se détachent les rosaces déjà formées. Minuscules motifs concentriques d’éclats de bois de couleur. Sur un établi, une série de manches, la tête comme un cœur à demi fermé. Ding Ding Bang Dong ! Le gingle de l’émission annonce qu’il est 9 heures.
– Ah tu es là ! Je ne t’avais pas entendu entrer.
– Salut Benjamin, tu vas bien ?
– Super. J’écoutais la radio, ils viennent de passer un extrait d’un nouvel enregistrement des Préludes de Villa-Lobos. Magnifique ! Vraiment bien.
– J’ai entendu aussi en voiture. Pas mal, tu as raison. Je me disais que je pourrais peut être le rajouter à mon programme du mois prochain. Villa-Lobos, ça complèterait bien. Qu’est ce que t’en penses ?
– Je trouve même que ça ferait une touche bien colorée, forte quoi, oui ce serait bien.
– Maintenant il me reste à travailler une pièce.
– Eh oui. En parlant de boulot, qu’est ce que tu penses de la guitare ? Elle fera l’affaire ?
– Ben, c’est pour ça que je venais te voir. En fait, y a un petit problème.
– Ah oui ? Tu me fais peur, elle a un défaut ?
– Non, ben, en fait c’est Ludwig… Il n’aime pas le son. Depuis une semaine que je la joue, je le trouvais énervé. Et puis hier soir, j’avais juste le dos tourné, une minute ça a pris, il a planté ses crocs dans le manche.
– Hein ? Tu plaisantes ?
– Ouais ouais, c’est une blague. Ta guitare, elle est géniale. C’est plutôt l’effet inverse qu’elle lui fait à Ludwig. L’air de rien, comme ça, il m’accompagne, il chantonne les airs qu’il reconnaît. Ta guitare, elle l’inspire Ludwig …

2 réflexions sur « L’air de rien… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *