Tant que tu me supportes
j’avance
Avec mes insomnies frileuses
mes somnolences du matin
mes mains inutiles et mes yeux vides
Tant que tu aimes
ma caresse timide
mon air d’oiseau follet
mon cou penché sur la lampe
je m’éclaire et me colore
Définitivement
accrochée à tes bras et à tes pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *