Elle vit, timide, un rien empêchée. Par je ne sais quels éléments… une atmosphère, la peur des fureurs, un parler trop vigoureux. Oui peut être tout cela. Elle reste souvent à demi cachée derrière sa bible défraîchie, les traits tirés par les veilles, nichée sous le porche de l’église proche, stoïque et réellement sage. Et soudain, certains jours on la voit taquiner la faune, l’alouette qui la frôle au matin. Qui devient alors sa reine, si proche derrière l’écran qui les sépare, si proche qu’elle comble son besoin d’idéal.

Poésie-fiction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *