Un de mes poèmes paru dans le hors série n° 8 de la revue Cabaret « Lumières dans la nuit ».

à la lune

je n’ai pas
dévoré la vie
admiré les soirées dorées et les heures matinales et étales
sauté à pieds joints dans le croissant de lune là devant ma porte
plongé dans des rêves bouillonnants et palpitants
aimé comme il fallait
trop – encore trop – toujours trop
je n’ai pas inventé
j’ai détesté l’excès
j’ai pleuré devant un crépuscule rose
espérant me souvenir de la nuit
non je n’ai pas avalé les baisers dans telle gorge amie
oui j’ai peur de mon absence devant un croissant de lune

 

Cabaret Hors-série 8